Sandrine Mubenga, PhD, aux commandes de l’autorité de régulation de l’électricité en RDC

L’Ingénieure Sandrine Mubenga Ngalula, PhD, a été nommée  par ordonnance présidentielle Directrice Générale de l’Autorité de Régulation du secteur de l’Eléctricité (ARE) ce vendredi 17 juillet 2020.

Elle sera à la tête d’un établissement doté d’une personnalité juridique, d’une autonomie administrative et financière qui veillera à la promotion de la compétitivité et à la participation du secteur privé dans toutes les activités liées à électricité en RDC.

Sandrine Mubenga Ngalula est Docteur en génie électrique qu’elle enseigne à l’Université de Tolédo aux USA.  Elle est spécialiste en énergie renouvelable et a contribué au développement de l’industrie de la voiture électrique.

En compagnie de la Première Dame de la RDC

Elle a également créé un Fonds qui offre des bourses aux étudiants désireux de se lancer dans des filières communément désignées par l’acronyme STEM (science, technology, engineering and math) aux États-Unis.

Malgré un immense potentiel hydroélectrique, la RDC affiche l’un des taux d’accès à l’électricité les plus faibles de la planète : seul 8% des habitants y ont accès selon les estimations fournies par la présidence, dont 1% en milieu rural, contre 42% en moyenne sur le continent africain, selon les chiffres de la Banque mondiale.

« la RDC n’a plus connu d’avancée significative dans le développement de sa production électrique depuis 1982 » avait souligné le Président Tshisekedi lors du premier forum sur l’énergie électrique en RDC s’est au mois d’aout 2019 à Matadi, alors que sa population a quasiment triplé dans le même temps. A cela s’ajoute un réseau de distribution en mauvais état et carrément inexistant dans la majorité du pays.

C’est ainsi qu’en 2014, la RDC s’est dotée d’une nouvelle législation relative au secteur de l’électricité, à savoir la Loi n°14/011 relative au secteur de l’électricité (« Nouvelle Loi sur l’électricité »), laquelle législation se veut essentiellement de mettre définitivement fin à l’existence de l’existence en RDC d’un cadre juridique non attractif et inadapté à l’environnement actuel.

Selon l’avocat Eric Tshimanga Mukendi, « Depuis l’époque coloniale, le cadre juridique ayant régi le secteur de l’énergie électrique en RDC a essentiellement été constitué de textes vétustes, disparates, dépassés et inadaptés et difficiles à mettre en œuvre par rapport à l’évolution fulgurante actuelle de l’environnement politique, économique et social sur le plan tant national qu’international. »

Boris Ilunga

Laisser un commentaire

Open chat
Besoin d'aide?
Bonjour,

Comment pouvons nous vous aider?